Aller au contenu
Logo de la République Française Logo du site Nouvelles Chances Logo de France Relance
  • Accueil
  • Les dispositifs de retour au lycée

Les dispositifs de retour au lycée

Publication : 11 décembre 2020
Pour venir en aide aux jeunes déscolarisés, une pédagogie adaptée est mise en œuvre. Structures de retour à l’école, actions de la mission de lutte contre le décrochage scolaire… plusieurs dispositifs permettent d’accompagner les jeunes vers un retour en formation.

Faire revenir les élèves en formation

SRE (structures de retour à l’école)

Les SRE permettent à des jeunes déscolarisés de revenir en formation pour préparer un diplôme. Elles accueillent des jeunes volontaires présentant des fragilités multiples et souvent confrontés à des situations personnelles difficiles. Participant à la politique de lutte contre le décrochage scolaire, ce dispositif constitue une solution appropriée à la prise en charge de jeunes souhaitant reprendre des études secondaires et diplômantes (baccalauréat général, technologique ou professionnel). Il prend en compte les contraintes et les besoins des jeunes afin de combattre les mécanismes ayant conduit à l'interruption du parcours de formation. Les jeunes y sont accueillis sous différents statuts (scolaire, apprenti, stagiaire).

Micro-lycées

Le micro-lycée est une SRE (structure de retour à l’école). Il permet aux jeunes volontaires âgés de 16 à 25 ans de reprendre des études de la classe de seconde à la terminale après une interruption de scolarité d’au moins 6 mois. Rattachée à un établissement, cette structure alternative au lycée traditionnel propose un encadrement plus individualisé et assurant un suivi éducatif et social, pour raccrocher et préparer le jeune au baccalauréat de son choix, puis aux études supérieures. Ce type de structure s'est développé dans de nombreuses académies, adoptant des formes diversifiées.

MOREA 

Le module de re-préparation à l’examen s'adresse à des lycéens qui ont échoué deux fois au baccalauréat général ou technologique ou une fois au baccalauréat professionnel ou au CAP et ayant peu de matières à repasser. Cette action de la MLDS (mission de lutte contre le décrochage scolaire) permet de présenter à nouveau l’examen, sous statut scolaire. Les lycéens gardent les notes des épreuves pour lesquelles la moyenne a été obtenue et bénéficient d'une pédagogie, d'une organisation et d'un emploi du temps adaptés. La possibilité d'effectuer un service civique peut également être offerte.

Actions de remobilisation 

Elles s’adressent aux élèves âgés d’au moins 16 ans, avec une priorité donnée aux élèves sortant de collège, qui ont décroché et sont sans solution à la rentrée et sans qualification. Les objectifs de cette action mise en œuvre par la MLDS (mission de lutte contre le décrochage scolaire) sont de renforcer les compétences du socle commun et d’accompagner les jeunes vers une intégration dans les établissements tout au long de l’année, ou vers une formation qualifiante en lycée ou en apprentissage à la rentrée suivante. Ces actions de remobilisation portent des noms différents en fonction des académies.

Le droit au retour en formation initiale 

Il permet aux jeunes de 16 à 25 ans sans diplôme ou sans qualification professionnelle de revenir se former pour préparer un diplôme, facilitant ainsi leur insertion. Ces jeunes peuvent demander un retour en formation en se présentant dans un lieu d’accueil de la PSAD (plateforme de suivi et d'appui aux décrocheurs, généralement mission locale ou CIO), ou bien ils sont recontactés par les professionnels de la lutte contre le décrochage scolaire. Les élèves ayant quitté le système éducatif sans certification professionnelle peuvent également d'acquérir un diplôme professionnel inscrit au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles). Au titre de ce droit, un parcours adapté leur est proposé.