Aller au contenu
Logo de la République Française Logo du site Nouvelles Chances Logo de France Relance
Menu
  • Accueil
  • Les dispositifs de remobilisation

Les dispositifs de remobilisation

Publication : 1er octobre 2020
Plusieurs dispositifs permettent aux jeunes de suivre un parcours de formation pour favoriser leur insertion. Les jeunes découvrent ainsi progressivement le monde professionnel, développent des compétences à leur rythme et élaborent un projet professionnel.
Solutions de formation et d’accompagnement vers l’emploi ou la qualification

Solutions de formation et accompagnement vers l’emploi

EPIDE (établissements pour l’insertion dans l’emploi)

Les EPIDE accueillent des jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification professionnelle. Ils proposent aux civils volontaires un contrat de 8 mois renouvelable pour une durée maximum de 24 mois. Le parcours de formation individualisé est très encadré (discipline stricte, port de l’uniforme, internat). Certains centres offrent des formations professionnelles notamment liées aux métiers en tension (BTP, aide à la personne…). Les jeunes construisent leur projet professionnel, acquièrent une formation générale et spécialisée et apprennent à prendre soin d’eux et des autres. Pour intégrer un EPIDE, ils peuvent être orientés par une mission locale ou contacter directement un établissement.

E2C (écoles de la deuxième chance)

Les E2C permettent à des jeunes motivés âgés de moins de 26 ans, sans diplôme ni qualification professionnelle, d’intégrer une école dédiée à la construction de leur projet d’insertion sociale et professionnelle. La durée du parcours individuel varie de 6 à 8 mois. Il débute par une période d’essai de 5 semaines, inclut un bilan de connaissances et de compétences ainsi qu'un premier stage en entreprise. L’alternance étant au cœur du dispositif, les E2C élaborent avec le jeune des parcours adaptés aux tissus socio-économiques locaux. Les écoles travaillent en partenariat étroit avec le monde de l’entreprise en organisant des stages et en proposant, le cas échéant, des emplois. L’admission en école de la deuxième chance se fait par le biais des missions locales ou par une candidature spontanée.

Clause sociale de formation

La clause sociale de formation permet aux jeunes de 16 à 25 ans, en situation de décrochage scolaire de réaliser un parcours en entreprises pour les aider à définir leur projet professionnel. Elle prend la forme d’un parcours dans une ou plusieurs entreprises titulaires de marchés publics. Pendant toute sa durée, les jeunes sont accompagnés par la MLDS (mission de la lutte contre le décrochage scolaire) et par un tuteur dans l’entreprise. Ils gardent un statut scolaire. À l’issue de leur parcours, ils peuvent reprendre une formation initiale ou accéder à l’insertion par l’alternance ou par l'emploi.

L’accès à la formation des jeunes en situation de handicap

Différents acteurs permettent d'assurer un suivi individualisé du parcours de formation des jeunes reconnus travailleurs handicapés. La RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) permet aux jeunes en situation de handicap :

  • de bénéficier du dispositif légal d’obligation d’emploi ;
  • d'être soutenus par l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) ;
  • d’accéder aux formations en alternance et à des stages en entreprise.

Cette reconnaissance est attribuée par la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), qui siège à la MDPH (maison départementale des personnes handicapées). Même si le jeune a obtenu une RQTH, il n’est pas obligé de s’en servir.